Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

POURQUOI JE N’IRAI PAS SABOTER LA PRIMAIRE DE GAUCHE

 

À deux jours de la primaire socialiste, je tombe sur ce titre du JDD qui, à lui seul, résume la réalité sociétale dans laquelle nous sommes embourbés: 

«Électeurs de gauche, ils ont voté à la primaire de la droite mais n'iront pas à celle de la gauche» Surpris

C’est exactement ça - en plus du reste Rigolant, que je ne peux pas supporter à gauche : des gens qui ne se définissent que contre les autres, contre un projet, contre des valeurs, contre un homme, et jamais pour défendre une vision du monde. Enfin ! Une vision réaliste du monde. Ahhh !? Bah c’est pour ça, peut-être, du coup ... Langue tirée

 

Résultat : la gauche se rue aux urnes uniquement quand il s’agit d’éliminer, de mettre à mort, de sacrifier, de critiquer, de s’indigner - car la gauche adore s’indigner, et elle s’abstient quand il est question de prendre position, de donner son avis propre et raisonné. En même temps, pour avoir un avis, qui plus est un avis défendable, il faut faire des efforts, de réflexion, d’étude, de mémoire, de choix. De bonne foi. Alors que pour être contre l’avis des autres (qui réfléchissent, eux, si vous me suivez toujours Rigolant), il suffit de beugler.

Et pour ça, hein, elle s’y connaît, la gauche ! Spécialiste es beuglage, experte dans le beuglement en meute, pro du défilé sous banderoles anti-tout, dans les manifs contre, la gauche beugle parce qu’il est plus facile de résonner que de raisonner.

 

selfisoloir-pays.jpg

 

Évidemment, vu comme ça, on comprend mieux le ratio gauche/droite exprimé lors des élections, toujours étonnamment plus resserré que la réalité d’une France positionnée à droite depuis la Ve République. L’électorat des résonneurs, motivé par sa hargne atavique, se mobilise plus que celui des raisonneurs, ce qui compense sa faiblesse numérique. Il suffit qu’un traitre ou l’autre lâche son camp (Chirac, Bayrou ...) pour grossir le nombre des veaux beuglant alors majoritairement et pour que la gauche remporte la mise. De peu, certes, mais qu’importe aux petits de gagner petitement ?

 

Le paroxysme de cette aberration a été atteint à la primaire de droite, où l’intrusion de la meute gauchiste anti-sarkozyste dans un scrutin qui ne la concernait pas, a donné le résultat ubuesque que l’on connaît : la gauche a contribué à élire un homme de droite (Fillon) bien plus radical et beaucoup moins social que notre candidat naturel (Nicolas Sarkozy) ! Un comble !!

 

Enfin, tout ça pour vous dire que je n’irai pas voter à la primaire de la gauche dimanche, puisque je ne suis pas de gauche Sourire et que donc :

1/ Je me contre-fous du (non)projet de la gauche et de ses candidats affligeants ! J’ai bien conscience que dire de la primaire de gauche qu’elle ne m’intéresse pas parce que je suis de droite, c’est totalement has-been aujourd’hui, à l’heure de la grande farfouille démocratique, de la foire-à-tout électorale, de la kermesse des néo-bisounours qui nous assènent du matin au soir que le clivage droite-gauche n’existe plus ! Tous ceux qui sont tombés dans le panneau Macron, en marche à gauche toute ! Raison pour laquelle non seulement j'assume ma posture clivante mais en plus je la revendique, en tant qu’électrice de droite qui vote POUR, pour défendre ses différences et ses valeurs libérales, de droite.

2/ Je ne peux me résoudre à aller voter CONTRE, même pour rendre aux gauchistes la monnaie de leurs piécettes (qui ont bien renfloué les caisses des Républicains, il faut au moins leur reconnaître cette sotte vertu Rigolant). Mais c’est vraiment impossible, ce n’est pas dans mon ADN de femme de droite, cela ne colle pas avec mes valeurs de responsabilité, de respect, d’engagement. Ben oui, on est un peu con-con, nous les gens de droite, hein, on croit à des trucs périmés comme l’honneur et l’honnêteté.

 

Tout ça pour vous dire que je n’irai pas voter à la primaire de la gauche dimanche, puisque donc, 1/ je ne vote que POUR un candidat de MON camp et pas pour un candidat du camp adverse, et que 2/ voter pour un candidat du camp adverse représente le stade ultime du vote CONTRE : pervers, malhonnête et irresponsable. Bref, c’est bien ce que je disais, je ne suis pas de gauche, pour résumer Rigolant Langue tirée

Laurence MW

 

 



20/01/2017
30 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 655 autres membres