Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

ANTI-SARKOZYSME


LES ÉLITES ANTI-SARKOZY DÉMASQUÉES PAR LEUR VOTE

ENFIN ! LES «ÉLITES» ANTI-SARKOZYSTES sont désignées et remises en cause par d’autres que l’ancien chef de l’État ou votre humble servante, par d’autres non suspectés d’idolâtrie sarkozyenne Langue tirée.
 
Ces «élites» controversées, qui sont, grosso modo, la gauche bobo bienpensante et la droite bourgeoise catho pénitente, préfèrent avoir l’air plutôt qu’être. C’est là leur moindre défaut, une conséquence intrinsèque. Car elles ne peuvent revendiquer ce qu’elles sont vraiment : jalouses viscéralement (traduire par ‘de gauche’) et méprisantes ataviquement (de droite dure). Ce qui leur cause un dilemme cornélien face à l’argent. (Pitié ! Les exceptions qui confirmez la règle, ne me sautez pas à la gorge, je vous aime Rigolant).
 
Ces «élites» s’efforcent d’avoir l’air convenable selon leurs codes imposés au reste du monde, ce qui consiste à cacher tout cet argent qu’elles convoitent (comme tout le monde) et qu’elles possèdent (pas comme tout le monde) mais qu’elles tiennent à distance de leur image immaculée (contrairement à Nicolas Sarkozy).
Ces «élites» hypocrites, cyniques et nanties n’aiment pas les riches, fraudent le FISC les yeux dans les yeux et oublient de payer leurs impôts par phobie administrative. Mais c’est pas grave, c’est l’État qui paye.
Ces «élites» donneuses de leçons de générosité républicaine et de charité chrétienne pétitionnent pour qu’on accueille les réfugiés fuyant la guerre et la misère mais loin de chez elles et s’indignent en faveur des menus halal dans les cantines pendant que leurs chérubins se délectent de jambon-frites au self de leur école très privée.
Ces «élites» se détestent entre elles car elles sont chacune le pendant de l’autre, la gauche bobo n’étant qu’un avatar de la droite catho dans sa même impossibilité à apprécier cet argent qu’elle déteste, pour des raisons à la fois différentes et semblables. De la même façon que les complexes d’infériorité et de supériorité ne font qu’un, comme dirait Sigmund Rigolant.
 
 
psy.png
Au fond, ces «élites» schizophrènes se sont soignées gratuitement sur le dos de Nicolas Sarkozy. Le seul à prononcer les gros mots interdits par l’une ou l’autre ou les deux : argent, identité française, racaille, libéralisme, étatisme, assistanat ...  Elles ont transféré sur lui tous leurs désirs inavoués, leur haine et leur honte encombrantes, leur culpabilité douloureuse de ne pouvoir être authentiques, transparentes, honnêtes intellectuellement et assumées moralement ... comme lui. Leur indicible frustration de ne pouvoir être lui. Nicolas Sarkozy.
Le processus étant inconscient et par conséquent irrationnel, il a donné lieu à toutes les outrances anti-sarkozystes que l’on connaît. Dont l’élection du président «normal», consacrant le modèle de ces «élites» par effet miroir dans un vote lapsus regretté sitôt fait. Trop tard.
Las ! L’inconscient est cruel, surtout quand il est collectif. Il dévoile en masse ce que vous vous évertuiez à dissimuler en privé. Aussi le dépouillement des urnes nous confirme-t-il que ces élites se sont ruées à l'isoloir dans un élan primaire pour tuer le Père : celles de gauche bobo bienpensante ont voté Juppé et celles de droite bourgeoise catho pénitente ont voté Fillon*. Ce vote cathartique n’a trompé personne, surtout pas les principaux intéressés, qui savent qu’une fois de plus, c’est Sarko qui était présent dans tous les esprits. Qui vont devoir trouver un psy maintenant. Et payer.
 
* Je ne parle pas ici des votes pour Fillon de ceux qui se sont ralliés au choix de Nicolas Sarkozy Sourire.
 
Laurence MW
 
94055349.jpg

30/11/2016
26 Poster un commentaire

BUSH CONTRE OBAMA : L’INCROYABLE BÊTISE ANTISARKOZYSTE

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends »
   Nelson Mandela

 

 

HONTE AUX JOURNALISTES, qui prouvent encore leur ignorance et leur superficialité, les deux mamelles de l’anti-sarkozysme hystérique qui lobotomise l’opinion.

Dans l’urgence de dénigrer le livre de Nicolas Sarkozy avant même qu’il ne soit lu, la meute s’est jetée sur l’ouvrage pour y trouver matière à faire du buzz contre l’ancien président : et comme le but n’était pas de comprendre pour informer mais de salir pour intoxiquer, les petits coquelets de la médiasphère n’ont rien compris mais ont sali.

Pas l’ancien président de la République.

Mais eux-mêmes, la profession de journaliste, les médias. Ils se sont tous couverts de ridicule en oubliant les fondamentaux du métier, à savoir la vérification des sources et la connaissance de la langue française. LAMENTABLE.

 

LES FAITS - Nicolas Sarkozy évoque dans son livre (page 73) la démocratie américaine et la nature des rapports entre Bush et Obama, notant que «la campagne entre eux avait été d'une rare violence». Ce passage du livre est aussitôt repris en boucle, car attention scoop ! Bush n’était pas candidat contre Obama Langue tirée : la presse exaltée par l’aubaine de pouvoir gloser sur une prétendue «boulette» de l’ancien président ne s’interroge pas une seconde sur son improbabilité, comme si Nicolas Sarkozy pouvait ignorer qu’en 2008, G.W. Bush n’était pas candidat à la présidentielle Rigolant !!! Pas un seul professionnel de l’information, pas un seul «expert» du journalisme politique, pour s’interroger sur le sens des mots, pas un seul pour réfléchir avant de bombarder le Net d’une nouvelle cabale contre l’ancien président, sans se demander s’il était possible qu’il méconnût l’historique présidentiel américain contemporain à sa propre élection !  

 

LA VÉRITÉ - Les journalistes aujourd’hui ne maîtrisent pas plus l’éthique du métier que la connaissance de la langue française - un comble ! : soit, donc, ils feignent d’ignorer, soit ils ignorent que l’on peut faire campagne pour ou contre un autre que soi, ce que fit Bush avec, en effet, «une rare violence» pour John McCain contre Barak Obama. C’est d’ailleurs un journaliste français, Gilles Bouleau, alors correspondant de TF1/LCI à Washington, qui expliquera en ces termes les propos de Bush contre Obama Rigolant :

 

 

 

 

 

BONUS - Aveuglés par leur malveillance, étourdis par l’ivresse d’avoir pu nuire si facilement à Nicolas Sarkozy, stupides au point de ne pas avoir trouvé cela suspect, ces bouffons s’arrogeant le titre de « journaliste » ont trouvé dans la foulée une autre «boulette», si c’est pas de la chance, ça ?!! Rigolant

En effet, à la même page, Nicolas Sarkozy évoque la détention de Nelson Mandela «vingt-huit ans dans une cellule trop petite pour que le grand Mandela puisse s’allonger». Très exactement, l’ancien président sud-africain n’a passé que dix-huit de ses vingt-huit années de détention dans cette prison. Qui aurait relevé ce détail qualifié de «boulette» s’il avait été écrit par un autre que Nicolas Sarkozy ?

 

 

Je dédie Invictus à Nicolas SarkozyC’était le poème préféré de Nelson Mandela Sourire 

 

Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les dieux qui me donnent une âme
À la fois, noble et fière.

Prisonnier de ma situation,
Je ne veux pas me rebeller.
Meurtri par les tribulations,
Je suis debout, bien que blessé.

En ce lieu d'opprobre et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombres.
Les années s'annoncent sombres,
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Aussi étroit que soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme;
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley ( 1849-1903 )

 

 

LMW

 


26/01/2016
10 Poster un commentaire

UN PESTIFÉRÉ DANS LA COUR DES MIRACLES

ÉLU D'EXCEPTION

0.jpg

NICOLAS SARKOZY, élu président du parti de droite, est revenu de façon magistrale : au premier tour, avec 64,5% des voix, malgré 100% des médias, de l’intelligentsia et des manigances contre lui

AVEC UN LANGAGE DE VÉRITÉ

Il l’a fait en s’adressant directement aux Français, via Facebook et chez eux, sur le terrain, sans grands discours, en effet Charles Consigny, parce que seuls les mots simples conviennent aux situations de crise ! Et en matière de crise, on peut dire qu’on est servis, vu l’état dans lequel Hollande a mis le pays ... Nous sommes essorés, désabusés par la classe politique qui, depuis deux ans et demi, erre dans une cour des miracles entre ces deux aberrations politiques que sont Monsieur 3% et Madame 100% ! Les petites blagounettes de l’un et les injonctions outrées de l’autre ont tellement abîmé la parole politique que Nicolas Sarkozy doit restaurer en douceur un dialogue rompu, en reprenant les fondamentaux, les valeurs, les évidences escamotées par le mensonge ambiant. Il a eu raison de parler simple, de parler vrai, de parler coeur, la droite en avait besoin et le lui a massivement fait savoir le 29 novembre en lui offrant une large victoire en guise de réponse.

POUR TOUT CHANGER

Pendant que ses « amis » politiques lorgnent sur 2017 tout en lui plantant des couteaux dans le dos, c’est à lui qu’incombe la tâche de remettre la droite en ordre de marche. Car l’ancien président a eu le courage, lui, de rentrer dans ce terrain vague, déserté par tous ceux qui donnent des leçons aujourd’hui ... Les détracteurs de son propre camp, qui dans l’ombre ont voté pour Bruno Le Maire afin de l’affaiblir, ne rêvent que de gloire présidentielle aux dépens du pays qui attend une alternative, un projet, des idées, un avenir, un changement. Et ce changement, à voir l’affolement dans la bassecour médiatico-politique, aucun doute que tout le monde le sait : Nicolas SARKOZY est le seul à pouvoir l’initier. Ce qui fait de lui un pestiféré. Car ce changement, que tous feignent d’appeler de leurs voeux, il est ce que tous redoutent.

 

LMW


01/12/2014
10 Poster un commentaire

CES MÉDIAS SI PRÉVISIBLES ...

Nicolas SARKOZY est élu président du parti de droite avec 2/3 des suffrages !

 

sarkosagelune.jpg

 

Il devient le leader incontesté de l’opposition grâce à une victoire au premier tour, légitimée par un taux de participation record, un large score de 64,5%, 100 159 des voix, soit près de trois fois le score d’Alain Juppé en 2002 Sourire !

C’est un SCORE HISTORIQUE, le meilleur de toute l’histoire de l’UMP !

Pour rappel à l’attention des mémoires sélectives ... :

En 2002, Alain Juppé l'avait emporté avec 37 822 voix. 
En 2004, les 85% de Nicolas Sarkozy ne représentaient que 60 266 voix !
En 2012, Jean-François Copé obtint 87 388 voix.

 

Les faits attestent donc d’un retour gagnant de l’ancien président de la République sans aucune autre forme de procès ! Mais ça c’est un constat rationnel et objectif, autrement dit ce n’est pas celui des médias Rigolant !

 

La presse quasi unanime annonce le score « décevant » et le retour « raté » du président Sarkozy 

 

09.gif

Parce que les médias, eux, censés nous informer, sont si généreux qu’ils outrepassent leur mission et nous éclairent de leurs lumières : ils interprètent les faits, débusquent les vérités cachées de la gauche, les évidences dont ils nous font l’aumône, à nous pauvres nécessiteux de droite non seulement sans dents mais aussi sans cervelle ... 

Donc, pauvres gueux stupides, édentés, et aveuglés par le démon sarkozien, faites au moins marcher vos oreilles et entendez la grand messe dominicale médiatique, le prêche de la liturgie anti-sarkozyste qui sait aujourd’hui ce qu’elle savait déjà hier et saura encore en 2017 : Nicolas Sarkozy « rate », c’est écrit, il perd quand il gagne, il ment quand il dit vrai, il est coupable quand il est innocent, il échoue quand il triomphe et point final. De la même façon qu’un journaliste dont le métier est de relayer les faits, par nature imprévisibles, les anticipe de façon totalement prévisible ... Rigolant

 

LMW


30/11/2014
1 Poster un commentaire

MENSONGES ET CALOMNIES

Le climat depuis deux ans et demi est DÉLÉTÈRE, il ne se passe pas une semaine sans qu’un document, un article, un livre ne surgissent inopinément pour salir Nicolas SARKOZY !

Hier soir, lors d’un dîner, des convives me prennent à partie sur les «affaires Sarkozy», visiblement convaincus que ces deux seuls mots ont valeur d’argument ! Je leur demande donc de développer, de me dire quelle affaire précisément implique Nicolas Sarkozy et sur base de quelle preuve ... Aucun bien sûr n’a été capable d’approfondir l’accusation initiale, ne me citant après des efforts intenses que des «affaires» ayant avorté en non-lieux et n'étant donc plus des «affaires» ! 

Pendant ce temps, Nicolas SARKOZY avance et construit, il élève le débat politique et nous permet de respirer au-dessus des effluves de caniveau ... Il sera déjà très loin et très haut quand la médiasphère, hystérisée par ses faux scoops, sortira du microcosme de ses fantasmes et s’apercevra que sa cible préférée n’est plus atteignable. Il est possible que ce soit déjà le cas  !

 

1794820_700583106686167_8346589024827544385_n.jpg


11/11/2014
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser