Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

RÉVOLTE


MARS 17

 

 

Le TROCADÉRO a été plus qu'un tournant de la campagne présidentielle 2017 : ce mouvement aussi spectaculaire qu'inattendu marque une véritable révolution identitaire. C'est la révolte de la France de droite, tellement éreintée par le diktat bien-pensant qu'elle est enfin sortie de ses gonds pour ne pas se faire défoncer comme une porte ouverte ! 
Le rassemblement du Trocadéro est un revirement dans la Ve République, le "Mars 17" de la France libre répondant au définitivement daté "Mai 68" de la France libertaire.
 
Car si révolution il y a, c'est bien en cela : la droite française ne s'est pas "radicalisée" comme l'a si malencontreusement dit Monsieur Juppé, c'est même tout le contraire ! La droite française s'est retrouvée, la droite française n'est plus disposée à s'en laisser compter, à se faire dicter ses choix, à se faire voler ses votes, à laisser fomenter des coups d'État institutionnels contre ses leaders sans broncher ! La droite française ne craint plus les petits sourires en coin des journalistes condescendants et le mépris des donneurs de leçons si généreux avec l'argent qu'ils ne gagnent pas et les réfugiés qu'ils n'hébergent pas. La droite française en a fini avec ses complexes depuis qu'elle a compris qu'elle n'était pas coupable, coupable de penser à droite de l'égalitarisme, à droite de l'assistanat, à droite du laxisme, à droite de l'étatisme, à droite de la moyenne, à droite de la jalousie haineuse ordinaire. La droite française ne rougit plus d'être libérale et conservatrice, elle le revendique en regardant tristement le champ de ruines laissé par cette gauche tellement oublieuse du passé qu'elle se condamne à le répéter ! La droite française ose à nouveau dire "étranger", "autorité", "sécurité", "ordre", "famille" parce qu'on n'a pas peur de nommer ce que l'on respecte et que ce ne sont pas des gros mots "populistes", bordel ! La droite française assume son pragmatisme en brandissant des drapeaux Bleu-Blanc-Rouge place des Droits de l'Homme parce que la gauche française a ramassé ses rêves en miettes entre la rue du Cirque et le Faubourg Saint-Honoré.
 
Il était temps.
 
Mais si la droite française a fait sa révolution, ce n'est pas le cas de ses habituels contempteurs médiatiques, les incontournables "experts" en tout, les politologues accrédités, qui n'ont rien vu venir, eux, si ce n'est la destitution de Fillon Rigolant. Et les sachants étaient unanimes : Fillon allait annoncer son renoncement, c'était imminent, d'ailleurs Juppé était prêt et les rats avaient déjà quitté le navire ! Dans l'entre-soi intello-gauchiste, tout était évident et écrit, planifié comme il se doit. Les vieux briscards de la politique avaient préparé leurs fiches plan A, plan B, plan C, tout avait été examiné, évalué, sous-pesé, anticipé, à un petit détail près : ce sont au final les électeurs qui décident !
 
Et les électeurs arrivent à saturation.
Ce qui se traduit :
  • soit par un ralliement aux populistes et mystificateurs de tout bord, allez hop ! en voiture Simone ! - il est de bon ton de dire aujourd'hui : En marche ! Langue tirée 
  • soit par un ultime recours à sa liberté de penser. C'est en réalité la seule chose qui marche, et nous amène toujours aux mêmes conclusions : François Fillon est le seul à proposer un programme réformateur courageux et réaliste, et il est le seul à pouvoir réunir une majorité à l’Assemblée, donc à pouvoir gouverner. Autant en profiter, tant que c'est encore possible.
 
RÉAGISSEZ OU CE PAYS EST FOUTU.
Laurence MW
 
 
 
XVM5867cb42-0369-11e7-9817-1355bd895eca.jpg
 

11/03/2017
14 Poster un commentaire

AVEC LUI OU SANS NOUS

Ce fut d’abord une pétition, un slogan de campagne pour revendiquer l'unique légitimité de Nicolas Sarkozy à nous représenter en 2017.

Puis, au fur et à mesure des attaques médiatiques, des sondages faussement interprétés, des outrances des autres candidats, des insultes des journalistes, de l’ouverture de la primaire à un public de plus en plus large incluant nos opposants politiques, AVEC LUI OU SANS NOUS est devenu une mise en garde.

Enfin, la triste issue de ce succédané d’élection, qui nous prive du premier tour de la présidentielle, fait de AVEC LUI OU SANS NOUS un serment.
 
Depuis hier soir, plus de 200 nouvelles personnes ont signé la pétition.
Réaction vaine, certes. Expression de la détresse de ceux dont on a dénié le vote démocratique du 29 novembre 2014. Ultime cri de colère des militants spoliés du choix de leur candidat. Dernier bras d'honneur de ceux qui, hier soir, ont tenu parole en découpant leur carte. 
 
Dans ce jeu de dupes factice et pervers, les perdants ne seront pas forcément ceux que l’on croit.
 
Laurence MW
 
IMG_3509.JPG

21/11/2016
192 Poster un commentaire

SARKO EST LE PREMIER, LES AUTRES SONT DES ... PRIMAIRES !

« La marque d'une intelligence de PREMIER ordre, c'est la capacité d'avoir deux idées opposées présentes à l'esprit, en même temps, et de ne pas cesser de fonctionner pour autant. » Francis Scott Fitzgerald

 

NICOLAS SARKOZY EST LE PREMIER CAR IL VEUT RASSEMBLER ET IL VEUT GAGNER

1511075_717488894968327_1878212869_n.jpg
Quand je verrai une inscription «  merci JUPPÉ je t’aime » fleurir sur les murs, je reconsidérerai ma position ... peut-être Langue tirée

 

RASSEMBLER ! Condition sine qua non pour remporter l’élection présidentielle de 2017. Aucune alternative. C’est ce qu’a compris depuis longtemps Nicolas SarkozyL’ancien président est pragmatique, ce qui lui permet d’agir là où ses adversaires s’engluent.

Il est revenu. Il a annoncé un objectif : rassembler sa famille politique. Il n’a cessé dès lors d’oeuvrer en ce sens. Malgré les médias hostiles. Malgré la gauche agressive. Malgré la droite rivale. C’était quasi impossible. Il l’a fait. Bien sûr les hommes restent ce qu’ils sont : complexes et faillibles. Le rassemblement est donc relatif. Mais ceux qui auront l’honnêteté de comparer l’UMP d’hier et Les Républicains d’aujourd’hui ne peuvent sérieusement nier le travail accompli Sourire.

 

Pendant qu’Alain Juppé, François Fillon et les autres ... s’agitent fébrilement pour leur propre compte, ils perdent la vue : leur ego encombrant tout l'horizon, il leur cache l’objectif premier - 2017, derrière leur ambition primaire Langue tirée ! Mais à quoi bon une primaire en 2016, si son résultat provoque la dislocation d’une droite dont les adhérents, militants et sympathisants, rassemblés par l’ancien président, rendront leur carte, leur âme et leur tablier ?

Car il faut bien en être conscient : la colère gronde dans la base militante et fidèle des Républicains ! Les adhérents ne resteront pas rangés sagement, le petit doigt sur la couture du pantalon, aux ordres d’impétrants déniant leur choix du 29 novembre 2014.

 

UN ESPRIT PRIMAIRE NE PEUT CONCEVOIR UNE RÉALITÉ COMPLEXE

 

Nicolas Sarkozy n’est pas naïf ni candide. Il n’ignore pas les coups-bas, les manigances et autres manoeuvres, les jalousies et rivalités qui défont la grandeur des hommes. C’est justement parce qu’il a beaucoup gagné et perdu, souffert et joui de ses succès, appris et grandi de ses échecs, qu’il s’est départi de la vision primaire que ses adversaires se font du monde : ce n’est pas en éliminant qu’on gagne, mais en rassemblant. Le triste exemple des socialistes est édifiant : leur primaire a abouti au gouvernement le plus désaccordé et désuni qu’ait connu la Ve République, quant à l’élu au sommet de cet édifice instable, qu’en dire encore qui n’ait déjà été rabâché depuis trois ans Incertain ? 

Cette fameuse primaire de 2016 aura lieu. Ouverte ou pas. Pendant encore un an, elle va exciter la presse, réjouir la gauche, diviser la droite. Quelle que soit son issue, on connaît déjà le gagnant : celui qui a rassemblé son camp, qui le suivra quoiqu’il arrive Sourire ! 

LMW


10/06/2015
13 Poster un commentaire

HOLLANDE « SALOPARD » ET « PERVERS » (SIC) ?

MAIS QUI EST DONC MONSIEUR HOLLANDE ?

franc-ois-hollande-pl.jpg

François HOLLANDE a été qualifié de «SALOPARD» et de «PERVERS» par François Fillon dans une interview accordée au Point le 29 janvier 2015. Ce portrait dressé à la chevrotine Rigolant en des termes ultra-violents, par un ancien premier ministre d’ordinaire modéré et peu réputé pour des excès de langage, en dit long sur la nature profonde de l’homme qui fait office de président en France depuis bientôt quatre ans ! Au passage, je note que si Nicolas Sarkozy avait prononcé de tels mots, une guerre civile eut éclaté sur le champ ... Mais passons. 

Bien sûr, on peut objecter que les propos de Fillon sont le fruit d’une haine somme toute ordinaire en politique. Nul n’ignore que ce microcosme est mû par des complots ourdis dans le secret d’alliances changeantes au gré des intérêts, fluctuants eux aussi ... C’est d’ailleurs bien l’objet du ressentiment de l’ancien premier ministre, qui a fait les frais de l’affaire Jouyet, particulièrement sordide, il faut bien le reconnaître.

Or, Fillon nous révélant que Hollande est le commanditaire de cette affaire puante, comment ne pas valider son constat d’un salopard-pervers-PÉPÈRE ? Rigolant

 

PERVERS PÉPÈRE

 

Question perversité, il est vrai que PÉPÈRE commence à amasser pas mal de dossiers gênants. Il débute d’ailleurs sa carrière politique par une mystification qui en dit long sur son niveau de perversité : l’affaire CATON, en 1983, où il se fait passer pour un homme de droite dénigrant son propre camp, laisse augurer une belle carrière de menteur pervers qui s’est confirmée depuis ! 

 

 

Côté privé, c’est pas mal non plus ! Que dire d’un homme élu à la fonction suprême, qui installe sa maîtresse officielle à l’Élysée alors même qu’elle n’est plus la favorite, détrônée par une actrice devenue maîtresse officieuse de la rue du Cirque ? Que dire d’un président qui crapahute en scooter puis casqué dans les escaliers, aux frais de la République qui escorte Monsieur pour ses parties fines et fournit même les croissants ? Que dire d’un président qui rompt d’avec la Première Dame de France par SMS, et publiquement par-dessus le marché ? Que dire ... ? Ah oui, bien sûr, on peut dire merci pour ces moments Rigolant

 

SALOPARD

 

Question saloperies, nous avons l’embarras du choix : affaire des écoutes du président Sarkozy, affaire Jouyet, affaire Kader Arif, affaire du trésorier de campagne de Hollande qui a investi aux Caïmans, et j’en passe d’innombrables, les affaires permettant d’affubler Monsieur Hollande du titre émérite de «salopard» ne manquant pas.

Mais la plus magistrale de toutes ces affaires, la plus écoeurante, la plus dénuée de moralité, la plus grave est bien l’affaire LE PEN : avoir propulsé le Front National en tête des sondages d’opinion reste la plus grande fumisterie de Hollande. Il a poursuivi cette opération de longue haleine, initiée par Mitterrand, sans l’intelligence et la culture du grand timonier socialiste, certes, mais avec un potentiel d’indignité et de tartufferie compensant largement ses failles.

À grand renfort de promesses (vote des étrangers), de subventions (inondant les banlieues et leur économie souterraine), de déclarations bien ciblées sur l'immigration qui serait une «chance pour la France», Pépère a soufflé sur les braises extrémistes avec application, pour entretenir la haine, la peur et le rejet distillés par Jean-Marie, puis Marine, Marion et consorts. Et ce détail népotiste de l’histoire politique qu’était et aurait dû rester le Front National au XXe siècle, est devenu grâce aux socialistes l’énorme tache dans le paysage républicain français du XXIe ! Merci, Monsieur Hollande, pour ce long moment d’agonie de la pensée libre et humaniste, qui ne cesse depuis trente ans de rendre l’âme en suffoquant. Belle «saloperie» que cette entreprise politicienne mettant en péril un pays, une civilisation, une culture juste pour installer au pouvoir les petits tyrans étatistes dissimulés derrière l’écran des bons sentiments. Sacrée «saloperie» aussi, d’ailleurs, que cette invention mal nommée «bien-pensance», pensée fausse mais utile parce que donnant bonne conscience au bobo qui fait ses courses à Monoprix, roule en Vélib et veut bien être Charlie dans un bar lounge de la Bastille ou en brunchant boulevard Saint-Germain ... 

 

Finalement, tout bien considéré, même naturellement respectueuse des Institutions et des convenances, bien que réservant d'ordinaire à la sphère privée les qualificatifs explicites et fleuris que m’inspire Monsieur Hollande, oui, finalement, je préfère que ce soit François Fillon qui s’y soit collé, mais j’avoue j'en profite, je récupère, je réitère, je surenchère, je dis «salopard pervers pépère» Langue tirée !

Si vous partagez cette analyse navrante de la réalité présidentielle, si vous êtes comme moi excédé par l’anti-sarkozysme qui se trompe si bêtement de cible, si vous êtes résolu à ce que cela change, SIGNEZ LA PÉTITION qui fait entendre votre voix, c’est ICI ou  Rigolant !

LMW

0.jpg

LMW

Mise à jour le 29 février 2016


02/02/2015
33 Poster un commentaire

LE JUGE GENTIL A ENCORE FRAPPÉ ...

 

VIOLATION DU SECRET DE L’INSTRUCTION, MISES SUR ÉCOUTES, PERQUISITIONS, SAISIES DE DOCUMENTS, COLLUSION AVEC CERTAINS MÉDIAS ...

 

  Trois ténors du barreau, dont Éric Dupond-Moretti,  dénoncent les pratiques de certains magistrats.  Le juge Gentil, qui porte si mal son nom Sourire, est encore à l’origine de cette nouvelle affaire mettant à mal la justice de notre pays en s’en prenant à l’avocat réputé Hubert Delarue.

  Ces trois avocats pénalistes de renom ont porté plainte contre X pour violation du secret de l’instruction et lancé, le 12 novembre, une pétition en soutien à Hubert Delarue, réclamant une loi qui renforcerait la protection du secret professionnel. Tous les détails ICI !

 



QUAND Me DUPOND-MORETTI DÉFEND L’HONNEUR SALI DE NICOLAS SARKOZY 

  Une première pétition sur le même thème avait été lancée par l'Association des avocats pénalistes, début mars, en réaction à des perquisitions réalisées au domicile et au cabinet de Me Thierry Herzog, conseil de Nicolas Sarkozy. Elle avait réuni un peu plus de 3 000 signatures.

 À cette occasion, Éric Dupond-Moretti avait exprimé son indignation sur la façon dont Thierry Herzog et surtout, Nicolas Sarkozy, ancien président de la République, avaient été traités dans l’affaire Bettencourt, et il avait soutenu que les propos de Henri Guaino, disant que le juge Gentil « avait déshonoré la justice », étaient bien moins choquants que la façon dont avait procédé le dit juge !

 Ce document choc que les médias ont si peu relayé est à voir ICI

 

 

 

 Le juge Gentil a donc poursuivi pour « outrage à magistrat » Henri Guaino, qui passait au tribunal correctionnel le 22 octobre, défendu par Me Dupond-Moretti. Sans doute ce malheureux juge avait-il besoin de se soulager, après avoir dû prononcer un non-lieu en faveur de Nicolas Sarkozy, l’abuseur de vieilles dames fortunées ...Sourire Il a sali l’ancien président, fourni à la médiasphère une « affaire » de plus pour lyncher Nicolas Sarkozy, et personne ne poursuit ce petit juge pour « outrage à président de la République » ??? JE SUIS VRAIMENT OUTRÉE ...Langue tirée

 

LMW

 


19/11/2014
5 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser