Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

SOCIALISME


HAMON, LE REVENANT UNIVERSEL

Paul Lafargue, sors de ce corps ! Surpris

Pas de doute, HAMON est la réincarnation de Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx, qui en 1880, disait de l’homme dans Le Droit à la Paresse que «toutes les misères individuelles et sociales sont nées de sa passion pour le travail». Surpris

Du coup, on se demande bien pourquoi on se complique la vie, alors qu'il suffit de payer les gens à ne rien faire ! Vive le "Revenu Universel" (RU) de Benoît Hamon, alias Lafargue le démon marxiste ! Qui cette fois,  n'a pas épousé la fille de Marx, non, trop facile, mais a fait alliance avec le diable en se mariant avec une suppôt du régime capitaliste, c'est dire sa tortueuse manipulation ... Non vraiment, (lutte de) classe ! Langue tirée 

 

Hamon n'est certes pas le premier à se faire "posséder", le revenu universel, cette vieille illusion utopiste née des rêves de Thomas More, en a bluffé plus d'un, de gauche comme de droite ! Des libéraux comme des socialistes y ont vu la panacée aux maux de l'humanité, les uns plaidant pour l'émancipation du carcan administratif, les autres pour la désaliénation du travail ! Pire, tous ont sincèrement cru en une possible éradication de la pauvreté. 

Comment est-ce possible ?

 

 rubon102.jpgbenoit-hamon-refuse-que-manuel-valls-ferme-le-debat-sur-la-decheance.jpgPaul_Lafargue_profil.jpg
                                                                       
       
Amnésie collectiv(e/iste)

Bon je vous rappelle rapidement le topo légitimant le RU : bientôt nous serons tous remplacés par des robots, il n'y aura plus assez de travail pour tout le monde, nous serons engloutis par la pauvreté universelle ! 

Quand même, le moins qu'on puisse dire est que Monsieur Hamon a la mémoire qui flanche. Outre le fait que c'est ennuyeux pour un fantôme d'oublier le passé Rigolant, c'est embarrassant pour ceux qui attachent un tout petit peu d'importance à la réalité. Rappelons-la brièvement en cinq points :    

 

1/ Pas plus que la révolution industrielle au XIXe siècle, la révolution numérique ne détruira le travail ! L'activité humaine obéit au principe de destruction créatrice de Schumpeter (inspiré par ... Marx Rigolant), qui relie la disparition de secteurs d'emplois à l'émergence de nouveaux métiers. L'imagination des hommes est comme leur envie, sans borne. Quand certaines activités meurent, d'autres les remplacent. Le travail ne disparaitra jamais car il s'adapte aux mutations de la société. On voit bien que l'uberisation ouvre la voie de l'économie collaborative et ébranle déjà le monde du salariat. À condition de ne pas contraindre la liberté, évidemment ...

 

2/ Ce projet est une pure folie dépensière, non financée, même pas en songe ! Distribuer cette allocation pour tous coûterait la bagatelle de la totalité du budget de l’État, déjà exsangue. Mais allons plus loin : supprimer toutes les aides existantes pour les remplacer par cette allocation unique entraînerait une monstrueuse inégalité dans le traitement de situations aussi disparates que les problèmes de maladie, chômage, retraite, logement, handicap, famille, etc. ... En outre, moins de 800 euros mensuels, c'est trop peu pour vivre décemment, et c'est trop quand on gagne déjà sa vie par ailleurs : car pourquoi diantre ce dispendieux revenu "universel", c'est-à-dire versé à tous y compris ceux qui n’en ont pas besoin ? À part pour mettre tout le monde sous perfusion, et donc, à terme, sous contrôle unique de l'État ...? Surpris

 

3/ Si c'est la solution, pourquoi n'existe-t-il aucune expérience probante de RU dans l'Histoire de l'humanité ? 

OK, on a l'Alaska qui tente de redistribuer les revenus de son pétrole aux habitants recevant mille dollars par ... an, ce qui ne suffit pas pour vivre. Le Canada a essayé de façon confidentielle dans une ou deux villes il y a quarante ans, et a bien vite abandonné ce fonctionnement aussi improductif qu'inutile (sic). La Finlande, depuis un mois, verse 560 euros à 2000 demandeurs d'emploi de 25 à 58 ans choisis au hasard, selon un mode de financement non explicité à ce jour ! Quant aux Suisses, ils viennent d'en rejeter le principe par référendum. Voilà.

 

4/ Petit détail insignifiant : l'assistanat est financé par ceux qui gagnent l'argent. Langue tirée

Imaginons une seconde que, finalement attiré par cette promesse de farniente universel, plus personne ne veuille travailler : qui va alors payer l'allocation ? qui va créer la richesse à redistribuer ? C'est absurde.

Ce RU n'est pas qu'absurde. Il est aussi immoral, en systématisant une société d'assistés à vie.

Car ma foi, quiconque disant "je ne veux pas travailler" et en assumant les conséquences financières est éminemment respectable, même si son choix d'être SDF n'est pas le mien. En revanche, qu'on m'impose, à moi qui travaille, de payer pour celui qui refuse d'en faire autant, c'est juste insupportable. 

En outre, le RU contrevient au double principe élémentaire du droit et du devoir qui fonde notre société. Allouer un revenu non rétributif d'un travail, c'est non seulement encourager la paresse et décourager l'effort, mais c'est aussi défaire le citoyen en détruisant la saine relation de réciprocité sociale qui donne un sens à l'organisation collective.

 

5/ Enfin, cette ode au désoeuvrement est une hérésie qui réduit le concept de travail à l'idée de nécessité, en ignorant ses valeurs morale, existentielle et sociale. Pour beaucoup, travailler n'est pas qu'une obligation pour subvenir aux besoins de base. C'est aussi une activité essentielle qui permet de se réaliser, de se transcender, de trouver un sens à sa vie, de se sentir utile, d'avoir un statut social précisément.

Nul n'a à juger ce qui motive le voisin. Ce qui est bon ou mauvais pour lui. Nul n'a à planifier la société idéale selon ses principes en méprisant ceux d'autrui. Nul ne sait mieux que moi ce qui est bon pour moi. Pas même Monsieur Hamon. Qui, derrière d'alléchantes promesses, veut généraliser le chômage pour tous.

 

Je ne souhaite pas vivre dans ce monde-là.

 

Laurence MW


02/02/2017
8 Poster un commentaire

POURQUOI JE N’IRAI PAS SABOTER LA PRIMAIRE DE GAUCHE

 

À deux jours de la primaire socialiste, je tombe sur ce titre du JDD qui, à lui seul, résume la réalité sociétale dans laquelle nous sommes embourbés: 

«Électeurs de gauche, ils ont voté à la primaire de la droite mais n'iront pas à celle de la gauche» Surpris

C’est exactement ça - en plus du reste Rigolant, que je ne peux pas supporter à gauche : des gens qui ne se définissent que contre les autres, contre un projet, contre des valeurs, contre un homme, et jamais pour défendre une vision du monde. Enfin ! Une vision réaliste du monde. Ahhh !? Bah c’est pour ça, peut-être, du coup ... Langue tirée

 

Résultat : la gauche se rue aux urnes uniquement quand il s’agit d’éliminer, de mettre à mort, de sacrifier, de critiquer, de s’indigner - car la gauche adore s’indigner, et elle s’abstient quand il est question de prendre position, de donner son avis propre et raisonné. En même temps, pour avoir un avis, qui plus est un avis défendable, il faut faire des efforts, de réflexion, d’étude, de mémoire, de choix. De bonne foi. Alors que pour être contre l’avis des autres (qui réfléchissent, eux, si vous me suivez toujours Rigolant), il suffit de beugler.

Et pour ça, hein, elle s’y connaît, la gauche ! Spécialiste es beuglage, experte dans le beuglement en meute, pro du défilé sous banderoles anti-tout, dans les manifs contre, la gauche beugle parce qu’il est plus facile de résonner que de raisonner.

 

selfisoloir-pays.jpg

 

Évidemment, vu comme ça, on comprend mieux le ratio gauche/droite exprimé lors des élections, toujours étonnamment plus resserré que la réalité d’une France positionnée à droite depuis la Ve République. L’électorat des résonneurs, motivé par sa hargne atavique, se mobilise plus que celui des raisonneurs, ce qui compense sa faiblesse numérique. Il suffit qu’un traitre ou l’autre lâche son camp (Chirac, Bayrou ...) pour grossir le nombre des veaux beuglant alors majoritairement et pour que la gauche remporte la mise. De peu, certes, mais qu’importe aux petits de gagner petitement ?

 

Le paroxysme de cette aberration a été atteint à la primaire de droite, où l’intrusion de la meute gauchiste anti-sarkozyste dans un scrutin qui ne la concernait pas, a donné le résultat ubuesque que l’on connaît : la gauche a contribué à élire un homme de droite (Fillon) bien plus radical et beaucoup moins social que notre candidat naturel (Nicolas Sarkozy) ! Un comble !!

 

Enfin, tout ça pour vous dire que je n’irai pas voter à la primaire de la gauche dimanche, puisque je ne suis pas de gauche Sourire et que donc :

1/ Je me contre-fous du (non)projet de la gauche et de ses candidats affligeants ! J’ai bien conscience que dire de la primaire de gauche qu’elle ne m’intéresse pas parce que je suis de droite, c’est totalement has-been aujourd’hui, à l’heure de la grande farfouille démocratique, de la foire-à-tout électorale, de la kermesse des néo-bisounours qui nous assènent du matin au soir que le clivage droite-gauche n’existe plus ! Tous ceux qui sont tombés dans le panneau Macron, en marche à gauche toute ! Raison pour laquelle non seulement j'assume ma posture clivante mais en plus je la revendique, en tant qu’électrice de droite qui vote POUR, pour défendre ses différences et ses valeurs libérales, de droite.

2/ Je ne peux me résoudre à aller voter CONTRE, même pour rendre aux gauchistes la monnaie de leurs piécettes (qui ont bien renfloué les caisses des Républicains, il faut au moins leur reconnaître cette sotte vertu Rigolant). Mais c’est vraiment impossible, ce n’est pas dans mon ADN de femme de droite, cela ne colle pas avec mes valeurs de responsabilité, de respect, d’engagement. Ben oui, on est un peu con-con, nous les gens de droite, hein, on croit à des trucs périmés comme l’honneur et l’honnêteté.

 

Tout ça pour vous dire que je n’irai pas voter à la primaire de la gauche dimanche, puisque donc, 1/ je ne vote que POUR un candidat de MON camp et pas pour un candidat du camp adverse, et que 2/ voter pour un candidat du camp adverse représente le stade ultime du vote CONTRE : pervers, malhonnête et irresponsable. Bref, c’est bien ce que je disais, je ne suis pas de gauche, pour résumer Rigolant Langue tirée

Laurence MW

 

 


20/01/2017
30 Poster un commentaire

Hollande had a (socialist) dream

 « Une société qui place l’égalité devant la liberté n’aura aucune des deux, une société qui place la liberté avant l’égalité obtiendra un haut degré des deux. » Milton Friedman
 
TOUS LES VOEUX 2017 de Pépère ont été exaucés ! Facile en fait, puisqu’il n’en avait qu’un : éliminer Nicolas Sarkozy Incertain !
C’est finalement cohérent pour un socialiste, qui préfère chuter avec son rival également anéanti, que rester debout en étant moins haut que lui !
C’est tout le drame de la gauche, jalouse et envieuse par nature, condamnée à l’illusion égalitaire quand la nature nous a conçus tous différents. Le socialisme déteste la concurrence et la liberté qui permettent à chacun d’exprimer le meilleur de lui-même, les méritants éclipsant les assistés, les talentueux dépassant les médiocres, l’individu s’émancipant de la masse.
Mais plus redoutable encore, ce que la gauche craint, c'est la concurrence de la générosité, la vraie : car un homme libre qui fait don de son temps, de son aide, de son argent, met en péril le collectivisme qui IMPOSE une solidarité factice, dénuée de sincérité et de sens. C’est bien là la plus cuisante leçon du capitalisme tout au long de l’Histoire de l’humanité, qui a prouvé que les gauches menaient à l’oppression alors que le libéralisme avait toujours doté les hommes de plus d’avantages que de désagréments.
C’est pourquoi, comme l’écrit Vaclav Havel dans ‘Le pouvoir des sans-pouvoirs’ en 1978, cinq indices suffisent à débusquer le totalitarisme qui anéantit l’individu : l’amnésie historique, le cynisme politique, la manipulation médiatique, l’anesthésie consommatrice et la surveillance généralisée. Demandez-vous où nous en sommes aujourd’hui après cinq ans de socialisme ...
 
kak_hollande_derniers_voeux.jpg
 
 
C’EST PATHÉTIQUE, C’EST SOCIALISTE
Laurence MW

30/12/2016
20 Poster un commentaire

MARIANNE SE VOILE QUAND HOLLANDE SE DÉVOILE

 « La femme voilée d’aujourd’hui sera la Marianne de demain » François Hollande

 

marianne-pleure.jpg

 

Surpris Nous ne sommes pas le 1er avril, vous n'êtes pas sur le gorafi.fr, vous n'êtes pas victime d'une hallucination ni d'un canular, vous avez bien lu « La femme voilée d’aujourd’hui sera la Marianne de demain ». C’est ce qu’a dit Hollande à Gérard Davet et Fabrice Lhomme, propos retranscrits dans leur livre à paraître demain « Un président ne devrait pas dire ça » (sic Rigolant).

 

Nous y voilà !

Hollande crache le morceau en dévoilant l'idéal socialiste : voiler la République, cacher sous le voile islamique cette France judéo-chrétienne que l'on ne saurait voir, recouvrir d'une djellabah communautariste les serre-têtes et lodens versaillais, les petites robes noires parisiennes, le bon goût provincial et les bikinis tropéziens, symboles d'un héritage français que la gauche exècre.

 

Haro sur les cathos, les curés et les églises !

À la trappe les crèches, les clochers et l'identité française !

Terminé la langue de Molière, le latin-grec et l'école républicaine !

Fini la liberté d'être et de penser !

Vive le racisme autorisé anti-blanc, anti-catho, anti-laïc et anti-républicain !

Bref anti-français Surpris!

 

Normalement, c'est là que les anti-sarkozystes s'offusquent avec leur mauvaise foi coutumière.
" Ah ! Mais vous êtes vraiment nuls à droite ! Il a pas dit ça notre bon président Hollande ! Il a précisé : 
«Finalement, quel est le pari que l'on fait? C'est que cette femme préférera la liberté à l'asservissement. Que le voile peut être pour elle une protection, mais que demain elle n'en aura pas besoin pour être rassurée sur sa présence dans la société.»"
Aaaaaahhhh d'accord ...! Et c'est censé nous rassurer ??? Mais bien au contraire, ça aggrave son cas Surpris !

DÉCRYPTAGE

La vision d'avenir de François Hollande pour la France se fonde sur un "pari" ! Voilà comment le président de la République française dirige et gouverne, comment il anticipe et gère depuis plus de quatre ans, voilà l'explication de "l'inversion de la courbe", du "ça va mieux", du "pas eu d'bol", des mensonges permanents et des escapades en scooter : l'inconséquence d'un petit bonhomme qui "parie" qu'il ne se fera pas prendre les doigts dans le pot de confiture, qui "parie" sur l'anti-sarkozysme plutôt que sur un projet pour le pays, qui n'a jamais parié que sur cette chance l'ayant propulsé là où l'infortune et le sexe ont détrôné DSK !

 

Pire ! Son imposture va bien plus loin, en racolant son électorat communautaire, a contrario de l'intérêt commun et du rassemblement républicain : la femme voilée a besoin de "protection", d'être "rassurée" dans cette "société" française qui est le danger, qui est le problème, implicitement hostile, raciste et mauvaise ! Il voudrait provoquer une guerre civile qu'il ne s'y prendrait pas autrement ! En tout cas une guerre électorale, c'est évident, on ne change pas une recette qui fonctionne ... Un petit coup de booster au FN, c'est bien pour préparer la présidentielle ...

 

Au-delà de cette nouvelle forfaiture hollandesque, plus pernicieux encore se cache l'aveuglement socialiste, le déni d'une régression sociétale dont la bienpensance gauchiste est seule responsable : 

Non ! Le voile n'est pas un choix individuel mais bien un signe (conscient ou non) d'asservissement !

Non ! On ne peut pas se réclamer de l'égalité homme-femme, de la laïcité et de la République tout en banalisant le voile islamique qui n'est que le marqueur d'une guerre terroriste de l'État islamique contre l'Occident et ses chiens d'infidèles !

Oui ! La femme voilée d’aujourd’hui en France est l'avatar de la femme lapidée aujourd'hui dans toutes les dictatures islamistes et demain chez nous ? En pleurs

 

OUI ! HOLLANDE ET LA GAUCHE sont au mieux d'irresponsables dogmatiques, au pire des opportunistes dangereux et cyniques, prêts à tout pour garder le pouvoir. Et ceux qui se rangent à leur côté en draguant leur électorat semblent prêts à tout pour le gagner Déçu.

 

RÉVOLTEZ-VOUS ICI OU LÀ Sourire AVEC NICOLAS SARKOZY !

AVEC LUI OU SANS NOUS

 

Laurence MW


12/10/2016
10 Poster un commentaire

SOCIALISME OU L’APPEL À LA DÉLATION FISCALE RÉMUNÉRÉE

Le SOCIALISME c’est une attaque tantôt directe, tantôt indirecte, mais toujours continue, aux principes mêmes de la PROPRIÉTÉ INDIVIDUELLE.
Alexis de Tocqueville

 

APPEL À LA DÉLATION RÉMUNÉRÉE PAR L'ÉTAT

Un véritable scandale moral a été étouffé début décembre par la campagne des élections régionales : l’appel à la dénonciation fiscale rémunérée par l’État !!
Les donneurs de leçons habituels, vous savez, les sachants de gôche, les dépositaires du Bien, ceux qui nous jugent du haut de leur condescendante certitude, nous misérables petits réacs conservateurs des biens intellectuels, moraux et financiers que nous considérons bêtement notre propriété parce qu’ils nous appartiennent Rigolant, ainsi donc les grands mamamouchis de la morale universelle ont adoré cette nouvelle idée de dénonciation, qui sent déjà le Sapin !
Les socialistes donc, nous expliquent que les courageux citoyens qui se font un plaisir de dénoncer leur voisin, leur cousin, leur médecin, leur concubin adultérin, leur boss hautain, leur collègue libertin, leur épicier maghrébin, leur « ami » républicain ..., ne sont pas des délateurs mais des « lanceurs d’alerte » !
 
propri_t_t.jpg
 

ABRACADABRA ! LE SOCIALISME TRANSFORME LES MOTS EN MAUX

Lanceur d’alerte ! Ah, c’est sûr, dit comme ça, ça pète ! C’est super classe, tellement hype, tellement auto-satisfaisant ! Car la gauche est une idéologie du mot, du mot performatif, du mot qui planifie la société, du mot qui bonifie l’humain, du mot qui « réenchante le rêve français » Langue tirée ! C’est pratique avec les socialistes, le mot remplace l’action, le mot change le monde, le mot transforme la laideur en beauté, les passions tristes en bons sentiments, l’humain en une inhumaine créature privée de libre arbitre.
 

(IN)ACTION SOCIALISTE, MODE D'EMPLOI

Parole, parole, parole, les socialistes parlent donc beaucoup mais agissent peu, et le peu de leur action se catégorise toujours de la même façon :
1/ À force de se gargariser de mots, ils finissent toujours par s’hypnotiser eux-mêmes, et si d’aventure leurs promesses et vain verbiage les hissent jusqu’au pouvoir, alors là, catastrophe ! Début du chaos, ils s’emballent dans l’euphorie du moment et mettent en action quelques uns de leurs mots magiques (suppression de la TVA sociale dite « Sarkozy », suppression de la bourse au mérite créée par Nicolas Sarkozy, inversion de la courbe du chômage, trêve fiscale, appel à la dénonciation fiscale, etc. ...).
2/ Comme prévu et anticipé par les méchants de droite - toujours nous, rabats-joie qui n’arrêtons pas de casser l’ambiance en rappelant les vérités pas belles et pas gentilles, comme prévu, donc, les mots socialistes mis en action deviennent des maux bien réels, eux. 
3/ Marche-arrière toute, rattrapés par la vilaine réalité très très moche (bouhhh, qu’elle est laide), les socialistes agissent pour la deuxième fois mais a contrario de la première (rétablissement de la TVA sociale, rétablissement de la bourse au mérite, entrée de Macron au gouvernement, exit l’appel à la dénonciation fiscale, etc. ...). Le tout dans une perte de temps, d’argent, de résultats, et d’efficacité considérable.
 

MAUX-RALE DE GAUCHE, MORALE DE PACOTILLE

Comble de la fumisterie, l’idéologie socialiste, celle qui entend nous faire la morale permanente sur ce qui est Bien et Bon, la bien-pensance indignée, est en réalité la plus immorale des pensées politiques : car comme le rappelle fort justement l’avocat fiscaliste Jean-Philippe Delsol à propos de la délation, «les bonnes fins ne justifient jamais les mauvais moyens. C'est une règle morale fondamentale au niveau personnel comme collectif». Or, les socialistes sont prêts à tout pour l’argent. L’argent des autres. Même à diviser la société, à encourager la délation, la haine de l’autre, à attiser la jalousie qui se trouve au coeur de la hargne égalitariste de la gauche. Prêts à faire prospérer le Front National. 

 

Le Front national. Et s’il passait en 2017 ? Et si il lançait une alerte contre le danger socialiste ? Et si il rémunérait les citoyens pour dénoncer leur voisin socialiste ? Tiens, ça rappellerait pas les heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire, ça ? 

 

ALERTE ! NI FN, NI PS. CQFD.

 

LMW


16/12/2015
8 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser