Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

SARKOZY VOTERA POUR SARKOZY

VOUS AVEZ AIMÉ LES « PLOUCS » ? VOUS ALLEZ ADORER LE « VOTE POUR HOLLANDE »  !

 

La scène se passe jeudi 27 octobre. Nicolas Sarkozy est chez Bourdin. Le Jean-Jacques est chaud bouillant, des mois qu’il attend ça en trépignant, enfin il va se repayer Sarko. Parce que lui, JJB, il est l’homme qui lui a fait dire en mars 2012 qu’il arrêterait la politique s’il était battu à la présidentielle ! Sacré exploit, hein !!!? Ça c’était d’l'info ! Alors il est fin prêt, le gars Bourdin, des banderilles plein la bouche, prêt pour la mise à mort, vous allez voir ce que vous allez voir, il va achever la bête cette fois ! Et il attaque d’entrée l’ancien président, avec une élégance toute bourdinesque : s’il est battu à la primaire, est-ce qu'il va se retirer de la politique ?! Ahhh ! Mais qu’est-ce qu’il s’aime, notre Jean-Jacques, il adore sa question, il jubile, il est vraiment trop fort !

 

Sourire de Nicolas Sarkozy. Réponse placide : « Je vous retrouve comme je vous ai laissé Jean-Jacques Bourdin, c’est un plaisir » Rigolant

Sans éviter la question pour autant : « Je suis dans un combat pour le gagner. Je ne vous répondrai pas à cette question. » 

Ah ah ! Mais il insiste, le gars Jean-Jacques, il adore la corrida, donc il insiste lourdement, il n’a pas dit son dernier mot, si si vous allez voir, il est le champion du coinçage de Sarko, parce qu’il est toujours là, Sarko, hein, hein ? Il avait dit qu’il se retirait, et il est encore là, hein ...!? D’ailleurs, tiens ! Il lui repasse la vidéo de 2012, la preuve, hein ? Vous l’avez bien dit que vous vous retireriez, ah! ah! ah ! 

 

Nicolas Sarkozy savoure l’instant.

« Oui, et alors ? Je me suis effectivement retiré de la politique. Deux ans et demi. »

Fin du ban.

 

Le Jean-Jacques est Gros-jean comme devant, tout grimaçant. Tout ça pour ça ? Il est arrivé comme un matador, il se retrouve matamore. C’est lui qui vient de perdre les oreilles et la queue, il peut les remettre avec ses faux exploits de journaliste interviewer, dans sa culotte. Et sa morgue avec. Parce que l’estocade finale, c’est pas lui qui va la donner, mais l’ancien président, pouvant à loisir expliquer pourquoi il est revenu après deux ans et demi d’effective retraite. Merci mon bon Jean-Jacques ! Langue tirée :

« En deux ans et demi, ceux qui avaient été mes ministres, mon premier ministre, s’étaient débrouillés pour que ce qui avait été notre formation politique s’effondre. On ne pouvait même plus faire d’élection sans se retrouver en procès les uns avec les autres. Il n’y avait plus d’UMP. Souvenez-vous des affrontements d’une violence inouïe de Monsieur Copé avec François Fillon. Il a fallu qu’on redresse la famille politique. J’ai donc arrêté la politique pendant deux ans et demi puisque je me suis présenté comme un candidat comme les autres. J’ai été élu, 65% au premier tour. On a gagné les départementales, on a gagné les régionales. Madame Le Pen était devenue la seule responsable de l'opposition à l’époque tant nous étions divisés nous-mêmes. Voilà, ce sont les circonstances qui m’ont amené, après avoir arrêté la politique deux ans et demi, à revenir ». Rigolant 

 

Arghhh ! Qu’il regrette de l’avoir posée, sa question, notre JJB ! 

Trop tard.

Bête politique : 1 - Journaliste bête : 0 Langue tirée

 Cette-fois-ci-Sarkozy-refuse-de-dire-a-Bourdin-qu-il-arretera-la-politique-s-il-perd-a-la-primaire.jpg



Du coup, nouvelle tentative du Jean-Jacques, avec une nouvelle question sans intérêt, ses questions préférées : 

« Dans un duel Hollande-Le Pen, pour qui voteriez-vous ? » 

Nicolas Sarkozy répond sans hésiter qu’il ne votera jamais pour le Front National.

C’est l’information importante pour quiconque s’intéresse à la politique, car c’est exactement la position inverse de celle prise par Juppé : là où son ancien ministre n’hésite pas à s’allier avec la gauche et Bayrou pour racoler des voix, l’ancien président reste fidèle à ses valeurs incompatibles avec le FN, quitte à en perdre.

Alors oui, quand Nicolas Sarkozy répète deux fois à Bourdin, aussi fin qu’un taureau sans oreilles ni queue Rigolant, qu’il ne votera jamais LE PEN, et que, de guerre lasse, l’autre lourdaud insistant encore, il répond à sa question «voteriez-vous Hollande ?» par un «ce ne serait pas de gaité de coeur», ce n’est pas une information. Car nous savons tous que, comme l’a redit ensuite Nicolas Sarkozy avec une patience infinie, voter Hollande serait «une douleur extrême» Rigolant

 

Aucun scoop. La gauche, la droite, le centre et Bourdin, ayant voté Chirac en 2002 pour éliminer Le Pen père, on se demande bien où est le problème ! Enfin non, on sait où il est, leur problème : comme tout ce petit monde nous rabâche depuis deux ans que Nicolas Sarkozy se «droitise», c’est emmerdant, sa réponse, pour anti-sarkozyster ... Comment faire .... ? Incertain

Ben c’est pas compliqué avec les anti-sarkozystes, ils ne s’embarrassent pas avec la cohérence, l’honnêteté intellectuelle et l’intelligence,  que des trucs qui servent à rien. Non, eux, leur méthode, c’est le simplisme, jugez vous-même la trouvaille : Nicolas Sarkozy renie le ni-ni ! 

 

Alors là les gars, ça va pas du tout ! Après « Sarkozy abuse d'une vieille dame », « Sarkozy trafiquant de cocaïne », « Sarkozy financé par Kadhafi », « Sarkozy joue au Bygmalion » et « Sarkozy et les ploucs » , « Sarkozy renie le ni-ni » ça baisse en gamme ! Rigolant

 

L’explication, si tant est qu’il faille en produire une, c’est que Nicolas Sarkozy n’a jamais exclu aucun Français. Cela lui a d’ailleurs été suffisamment reproché, sur le thème de « Sarkozy s’adresse aux électeurs du FN » ! Alors à trois semaines de la primaire, au coeur d’une campagne médiatique de gauche pro-Juppé, il ne va pas écarter de son électorat la droite modérée. Qui songerait à le lui reprocher ?

Il démontre par sa réponse à Bourdin qu’il est un chef d’État : il sait qu’en politique, il ne faut pas être manichéen avec les hommes, mais intransigeant avec les valeurs. 

 

Bête politique : 2 - Journaliste bête : 0 Langue tirée

 

 

Donc, puisque la priorité médiatique est ni-ni, Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa position contre le «front républicain»

Nicolas Sarkozy exclut toute alliance avec le PS. Une collusion malsaine droite-gauche ne peut que brouiller les esprits, révolter les gens engagés pour leurs valeurs qu’ils n’entendent pas confondre avec celles du camp adverse - quoi de plus naturel ?, une collusion droite-gauche ne peut que conforter leur croyance en une connivence d’intérêts UMPS des deux grands partis traditionnels et inciter au départ des électeurs vers les extrêmes.
À cet égard, Alain Juppé, après avoir appelé la gauche à voter pour lui à  la primaire, portera la lourde responsabilité de l'inévitable montée du FN si sa stratégie venait à éliminer Nicolas Sarkozy. Nombre des abonnés de ma page Facebook et de ce blog sont formels : ils voteront Le Pen plutôt que Juppé. Ils ne pardonneront jamais au maire de Bordeaux d’avoir spolié le président des Républicains de sa candidature légitime, s’inscrivant dans la suite logique de son travail pour l’alternance. Pas plus qu’ils n’acceptent son alliance avec Bayrou, définitivement estampillé «traitre» pour avoir voté socialiste à deux reprise, en 2007 et 2012.
Bref ! Beaucoup de Français modérés, n’ayant jamais voté extrême, sont déterminés à choisir «tout plutôt que Juppé» : rude est la réponse du berger à la bergère, après des années d’intox «tout sauf Sarkozy». J’ai envie de dire : «bien fait !» Langue tirée. Pourtant, cela me fait mal. Comme Nicolas Sarkozy, jamais je ne voterai FN. 
 
Car Nicolas Sarkozy a aussi exprimé son opposition catégorique à un quelconque rapprochement avec le FN.  C’est sans surprise, il a toujours été très clair sur ce sujet.
Toutefois, il est important de noter qu’il est le seul candidat à avoir le courage de défendre une position excluant à la fois PS et FN de toute possibilité d’alliance, à trois semaines d’une élection décisive. Sa transparence l’honore, elle est conforme aux valeurs que l’ancien président  incarne et auxquelles il croit vraiment, lui Sourire. Cet attachement à ses valeurs explique d’ailleurs que quand la conjoncture change, quand le monde change, il soit capable de changer sa posture pour que précisément ce qui compte ne change pas. Pour la conservation de ce qu’il faut préserver intact. S’adapter est la seule forme tangible d’intelligence. L’adage populaire le dit plus simplement : il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis Langue tirée.
 
Mais ce genre de réflexion n’est déjà plus à la portée de la plupart des commentateurs politiques qui aujourd’hui font l’opinion Déçu
C’est affligeant mais réel : souvenez-vous de Léa Salamé à L’Émission Politique, fière d’elle en comparant des extraits de discours de l’ancien président, exultant parce qu’ils différaient sur tel ou tel point, prétendant prouver par là ses «contradictions» ? Elle croyait le mettre en difficulté alors qu’elle était en train de démontrer sa propre indigence, occultant les causes pour mieux manipuler les conséquences. Un journaliste digne de son métier aurait dit tout autre chose, ça par exemple : Quand on traverse une crise économique mondiale, l’urgence est de réduire les dépenses de l’État, avec pour effet de réduire le nombre de fonctionnaires, y compris de police. Ce qu’a fait Nicolas Sarkozy. Quand on traverse une crise sécuritaire mondiale, en prise avec un danger terroriste permanent, l’urgence est de renforcer la sécurité, y compris les forces de police. Ce que n’a pas fait François Hollande. Passer de l’une à l’autre situation oblige à changer d’avis. Pas de valeurs. CQFD.
 
Bête politique : 3 - Journaliste bête : 0 Langue tirée
 
Pour changer la situation dégradée du pays, changez de président mais ne changez pas de valeurs (de droite et que de droite) : les 20 & 27 novembre 2016, les 23 avril & 7 mai 2017, votez pour Nicolas Sarkozy !
Laurence MW


29/10/2016
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 655 autres membres