Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

POURQUOI SARKOZY VA GAGNER

« Penser ‘contre’ a toujours été la façon la moins difficile de penser » Jacques de Bourbon-Busset 

L’ANTI-SARKOZYSME EN QUESTION

TSS. « Tout Sauf Sarko ». Quand on y réfléchit, raisonnablement, on arrive à cette question : mais pourquoi, diantre* ? Rigolant 

 

14100536_10153724105371078_2075735043739435130_n.jpg

Nicolas Sarkozy n’a pas tué, pas violé, pas volé quiconque pas même le FISC, il n’a pas été condamné par la justice, il n’a jamais tenu de propos misogynes ni racistes. Mieux, pour avoir laissé échapper un «casse-toi pauv’con» face à ce crétin lui manquant de respect au Salon de l’Agriculture, minable provocateur refusant de serrer la main du président de la République et le tutoyant pour l’injurier («Ah non, touche-moi pas, tu m’salis» sic), pour avoir lâché prise le temps de cette réplique qui fera glousser dans tous les pinces-fesses de la rive-gauche, Nicolas Sarkozy mériterait d’être décoré deux fois de la Légion d'honneur Langue tirée.

Et pas seulement pour ça.

Car Nicolas Sarkozy a été élu maire, député, président de conseil Général, président de parti, il a été nommé ministre quatre fois, élu président de la République, il a présidé l’Europe au moment de l’une des pires crises de son histoire.

Décidément rien qui n’explique le TSS.

 

Pourtant, à l’issue de cette indiscutable brillante ascension politique, est surgi du microcosme médiatique le fameux anathème !

TSS. Tout-sauf-sarko ... Tss Tss Tss ... Tss-sifflement insidieux des serpents professionnels, de ces serpents au persiflage venimeux, de ces serpents qui sifflent sur vos têtes, la sienne, la nôtre, celles de tous ceux qui ne pensent pas unique, qui ne pensent pas médiatique, qui ne pensent pas étatiste-tss-tss ... 

 

POURQUOI ? (Si vous avez bien lu, j’ai déjà répondu. Mais franchement, ça vaut le coup d’approfondir Langue tirée)

Alors, tout d’abord, cela tient à la nature reptilienne Rigolant.

Les serpents ont une mauvaise vue. Qu’ils compensent par un odorat développé. Ils chassent en aveugle mais se tiennent en embuscade là où ça pue, là où les rumeurs nauséabondes désignent de potentielles victimes, et ils plantent leurs crochets au hasard des opportunités, si bien que quand ils tiennent une proie, ils ne la lâchent pas. 

Ensuite les serpents rampent. Ce sont des courtisans serviles et obséquieux qui n’aiment rien tant que flatter leur intérêt. Capables donc de lécher celui-là même qu’ils ont mordu et inversement selon qu’il détient ou non le pouvoir. (Cf le cas Juppé Rigolant

 

Mais la principale raison de ce rejet très violent de Nicolas Sarkozy est que les charmeurs de serpents sont des élites.

Et que Nicolas Sarkozy fait peur aux élites 

Entendez élites au sens étymologique : "ceux qui se choisissent ou sont choisis" (du latin eligere, signifiant extraire, choisir)Pas les meilleurs donc, hein, mais ceux qui s’estiment être les meilleurs, ce qui n'est pas DU TOUT la même chose Langue tirée.

Différence capitale : cette élite-là n’est pas élue au mérite (valeur sarkozienne) mais au mépris de tout ce qui ne pense pas comme elle. L'élite coopte pour confisquer le pouvoir et le garder à son exclusif avantage. Pour ce faire, l'élite hypnotise le peuple - pas le peuple populiste, hein, le mauvais peuple franchouillard, le fascisant, le qui-vote-Le-Pen, mais le peuple socialiste, le bon-peuple humaniste, droit-de-l’hommiste,  Notre-Dame-des-Landiste, qui vit sous perfusion généreuse mais addictive de l’État et réclame sa dose dans les urnes. Cette élite injecte non seulement de l'argent mais aussi  du mensonge utile dans l’imaginaire collectif car l’élite sait que la vérité est son pire ennemi : la vérité est souvent moche, parfois brutale, voire violente et elle fait perdre le pouvoir. 

 

Alors autant vous le dire tout de suite, je vous rassure, vous n’y êtes pas, vous, dans les élites ! Car même énarque, polytechnicien, universitaire, journaliste, intellectuel reconnu ou pas, si vous êtes sorti des chemins balisés pour atterrir sur ce blog, c’est que vous n’êtes pas éligible : l’élite ne sort pas des chemins balisés.

Pensez donc ! Quelle horreur ! Elle pourrait tomber dans une ornière populaire, salir ses beaux principes dans le bon-sens terrien, pire, rencontrer l’un de ces quidams qu’elle méprise et se rendre compte qu’il n’est pas un écervelé primaire au prétexte qu’il pense pragmatique à défaut de penser unique ! (Certes la réalité est souvent moins belle que l’idéal élitiste, mais elle a le mérite d’être la réalité, ce qui est un tout petit peu essentiel pour un(e) sarkozyste Clin d'œil).

 

LE VRAI BILAN DE NICOLAS SARKOZY QUI FAIT PEUR AUX ÉLITES

C’est pourquoi Nicolas Sarkozy, lui non plus, ne fait pas partie des élites. Trop libre. Trop vrai. Trop transparent.

Traduit en langage d’élite, ça donne : trop libéral, trop droitier, trop bling-bling (parce que l’élite adore la liberté mais exclusivement la sienne, celle de l’État donc; l’élite adore la vérité mais qu’elle est seule à détenir; l’élite adore l’argent mais en secret, les yeux dans les yeux, sur un compte en Suisse, et quand c’est pas cher parce que c’est l’État qui paye ...).

C’est aussi pour cela que Nicolas Sarkozy leur fait peur. Trop véritablement au service du peuple. Il l’a prouvé par des réformes majeures étouffées par les médias. Petite liste non exhaustive :

 

Nicolas Sarkozy, c’est le président qui a osé donner plus de pouvoir au peuple au détriment de son propre pouvoir d’élite politique (possibilité de recours individuel devant le conseil constitutionnel; droit donné aux députés de fixer un tiers de l’ordre du jour de l’Assemblée, leur permettant de mieux contrôler le gouvernement; réunion annuelle des deux chambres à Versailles pour entendre le Chef de l’État; instauration de la transparence à l’Élysée, dont les comptes sont désormais soumis au contrôle de la Cour des Comptes et dont le président a un salaire clairement défini et égal à celui du 1er ministre : avant cette réforme honteusement détournée par les médias, le président de la République s’octroyait le salaire de son choix,  son budget était un mystère, un domaine réservé qui confondait ses dépenses avec celles de l’Elysée.). Stupeur et tremblements chez les élites des grands corps de l'État ! Alors Ouf ! Ils ont voté Hollande !
Nicolas Sarkozy, c’est le président qui a réformé les collectivités territoriales en réduisant le nombre d’élus avec la création des conseillers territoriaux en lieu et place des conseillers généraux et des conseillers régionaux : émoi des élites ! Toutes ces places de récipiendaires de l’État supprimées d’un coup ! Comment allait-on recaser les copains sans mandat, désormais ? Ouf ils ont voté Hollande, qui s’est empressé d’abroger la réforme (le 20 novembre 2012).
Nicolas Sarkozy, c’est le président qui a redéfini la carte judiciaire, cette réforme urgente qu’aucun président n’avait osé faire avant lui; qui a ouvert la saisine du Conseil supérieur de la magistrature aux personnes voulant mettre en cause le fonctionnement de la justice jusqu’à même sanctionner des magistrats; qui a créé les peines-plancher et les tribunaux correctionnels pour mineurs de 16 à 18 ans : émoi des élites du Mur-des-Cons !  Ouf ils ont voté Hollande, qui avec Taubira, a vite abrogé la plupart de ces réformes : dès septembre 2014, retour à l’ancienne carte judiciaire avec la réouverture des TGI de Saint-Gaudens, Saumur et Tulle, des chambres détachées des TGI de Saint-Brieuc à Guingamp, de Lons-le-Saulnier à Dole, d’Agen à Marmande et de Rodez à Millau; suppression des peines-plancher le 5 juin 2014; suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs le 18 mai 2016. 
Nicolas Sarkozy, c’est le président qui a mis en place le service minimum lors des grèves des secteurs publics. Et comble de l’affront, il a même réussi à réformer le système des retraites, dont Michel Rocard avait dit en 1991 : « avec la réforme des retraites, il y a de quoi faire sauter plusieurs gouvernements ». Émoi des élites syndicales qui vite, Ouf, ont voté Hollande !
Nicolas Sarkozy, c’est le président qui a réussi la réforme de l’Université, lui donnant cette autonomie réclamée depuis 1968 par Pierre Mendès-France; qui a créé les bourses au mérite; qui a créé les internats d’excellence pour les jeunes élèves méritants issus de milieux défavorisés; émoi de l’élite éducative ! Il s’est attaqué au sacro-saint égalitarisme, cet aveuglement qui domine le monde de l’éducation depuis plus de 40 ans. Ouf ils ont voté Hollande, qui a supprimé internats et bourses au mérite, latin et classes bi-langues, et j’en passe ... Faut pas pousser quand même : imaginez que le mauvais peuple devienne instruit, élabore une pensée autonome, s’élève socialement, gagne sa vie sans recours aux subsides de l’État, en un mot, devienne libre ! Mais alors, ce serait la fin de ces élites corporatistes !? En pleurs 

 

* J’avais écrit en première version : mais pourquoi, bordel de m.....? mais je me suis ravisée, des fois qu’une élite s’égare ici et soit choquée par ce langage populaire, et interrompe ipso facto sa lecture, avouez que c’eût été dommage Langue tirée.

À PROPOS DE PRIMAIRE ...

La bonne nouvelle, c’est que le sarkozyste, vous savez, l’écervelé primaire, il va voter à l’élection primaire ce 20 novembre. Rigolant

Et qu’une nouvelle fois, il va faire mentir les sondages de l’élite.

Car l’électorat de Nicolas Sarkozy se fout de penser seul contre le troupeau, il est indifférent aux rumeurs et autres cabales, il n’est pas sensible aux moqueries et au mépris de ces élites à son endroit, il est fier du travail accompli par l’ancien président qui n’est sorti d’aucun sérail, ni énarque ni Français de souche, mais véritablement épris, lui, de ces Gaulois devenus ses ancêtres Clin d'œil.

 

AVEC LUI OU SANS NOUS

 

Laurence MW

 

14993567_10153930072456078_5532653910342137903_n.png

 



17/11/2016
68 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 655 autres membres