Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

BUSH CONTRE OBAMA : L’INCROYABLE BÊTISE ANTISARKOZYSTE

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends »
   Nelson Mandela

 

 

HONTE AUX JOURNALISTES, qui prouvent encore leur ignorance et leur superficialité, les deux mamelles de l’anti-sarkozysme hystérique qui lobotomise l’opinion.

Dans l’urgence de dénigrer le livre de Nicolas Sarkozy avant même qu’il ne soit lu, la meute s’est jetée sur l’ouvrage pour y trouver matière à faire du buzz contre l’ancien président : et comme le but n’était pas de comprendre pour informer mais de salir pour intoxiquer, les petits coquelets de la médiasphère n’ont rien compris mais ont sali.

Pas l’ancien président de la République.

Mais eux-mêmes, la profession de journaliste, les médias. Ils se sont tous couverts de ridicule en oubliant les fondamentaux du métier, à savoir la vérification des sources et la connaissance de la langue française. LAMENTABLE.

 

LES FAITS - Nicolas Sarkozy évoque dans son livre (page 73) la démocratie américaine et la nature des rapports entre Bush et Obama, notant que «la campagne entre eux avait été d'une rare violence». Ce passage du livre est aussitôt repris en boucle, car attention scoop ! Bush n’était pas candidat contre Obama Langue tirée : la presse exaltée par l’aubaine de pouvoir gloser sur une prétendue «boulette» de l’ancien président ne s’interroge pas une seconde sur son improbabilité, comme si Nicolas Sarkozy pouvait ignorer qu’en 2008, G.W. Bush n’était pas candidat à la présidentielle Rigolant !!! Pas un seul professionnel de l’information, pas un seul «expert» du journalisme politique, pour s’interroger sur le sens des mots, pas un seul pour réfléchir avant de bombarder le Net d’une nouvelle cabale contre l’ancien président, sans se demander s’il était possible qu’il méconnût l’historique présidentiel américain contemporain à sa propre élection !  

 

LA VÉRITÉ - Les journalistes aujourd’hui ne maîtrisent pas plus l’éthique du métier que la connaissance de la langue française - un comble ! : soit, donc, ils feignent d’ignorer, soit ils ignorent que l’on peut faire campagne pour ou contre un autre que soi, ce que fit Bush avec, en effet, «une rare violence» pour John McCain contre Barak Obama. C’est d’ailleurs un journaliste français, Gilles Bouleau, alors correspondant de TF1/LCI à Washington, qui expliquera en ces termes les propos de Bush contre Obama Rigolant :

 

 

 

 

 

BONUS - Aveuglés par leur malveillance, étourdis par l’ivresse d’avoir pu nuire si facilement à Nicolas Sarkozy, stupides au point de ne pas avoir trouvé cela suspect, ces bouffons s’arrogeant le titre de « journaliste » ont trouvé dans la foulée une autre «boulette», si c’est pas de la chance, ça ?!! Rigolant

En effet, à la même page, Nicolas Sarkozy évoque la détention de Nelson Mandela «vingt-huit ans dans une cellule trop petite pour que le grand Mandela puisse s’allonger». Très exactement, l’ancien président sud-africain n’a passé que dix-huit de ses vingt-huit années de détention dans cette prison. Qui aurait relevé ce détail qualifié de «boulette» s’il avait été écrit par un autre que Nicolas Sarkozy ?

 

 

Je dédie Invictus à Nicolas SarkozyC’était le poème préféré de Nelson Mandela Sourire 

 

Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les dieux qui me donnent une âme
À la fois, noble et fière.

Prisonnier de ma situation,
Je ne veux pas me rebeller.
Meurtri par les tribulations,
Je suis debout, bien que blessé.

En ce lieu d'opprobre et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombres.
Les années s'annoncent sombres,
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Aussi étroit que soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme;
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley ( 1849-1903 )

 

 

LMW

 



26/01/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 655 autres membres