Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

POURQUOI AYLAN EST MORT DEUX FOIS

petite_fille_yeux_verts.jpg

L’INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ DE L'ÊTRE

PHOTO d'un ENFANT MORT. Exhibé sur une plage turque. Qui ressemble à la plage des vacances.

 

Comme Nicolas Sarkozy, j'ai d'abord choisi le silence. Par respect. Le temps que ce petit corps rejoigne une sépulture, à l'abri de la violence des regards.

Cette réserve est loin d'avoir été partagée. Chacun y est allé de son commentaire larmoyant, de son montage photo, de sa commisération sirupeuse, de son ton moralisateur, de ses « y'a qu’à, faut qu’on » ... Faux cons.

Nausée.

Tout cela m’écoeure. Chaque réédition de cette photo a tué un peu plus ce petit garçon. Mettant en évidence, derrière l’atrocité de cette mort, une réalité plus atroce encore : les centaines d’enfants fuyant l’horreur islamiste, morts avant d’avoir atteint la rive, eux, et sur lesquels personne n’a jamais pleuré ... Aylan est donc mort deux fois : une fois dans son dernier souffle, puis une seconde fois dans la cristallisation de l'insoutenable légèreté des hommes.

Parce que dans ce monde où chacun donne en permanence des leçons de morale, où l’indignation est de rigueur, où la solidarité se pratique avec l’argent des autres, où l’assistanat a remplacé la charité et la fraternité, dans ce monde si moderne, si connecté, si savant, on ne se soucie du drame humain des migrants syriens que lorsqu'une image nous fait mal : notre souffrance est tellement plus insupportable que la leur ... Si le petit corps sans vie avait été entraîné loin du rivage, les grands contempteurs du Mal, n'étant pas confrontés à leur propre malaise, auraient continué sans scrupules à ignorer le carnage djihadiste.

Voilà notre monde. Notre monde iconographique. Des images partout, tout le temps. L’image qui remplace la réalité. Si bien que l’on oscille d’une illusion à l’autre : tout ce que l’on voit trop n’existe plus, et tout ce qu’on ne voit pas n’existe pas.
Au moment même où j’écris, des milliers d’enfants, de syriens, de chrétiens d’Orient, sont décimés par les fous de Daesh. Sans photographe. Sans bruit. Sans larmes dédiées.
C’est à eux que je pense maintenant.

LMW



12/09/2015
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 655 autres membres