Ouf, Sarko Est Revenu

Ouf, Sarko Est Revenu

SCANDALE D'ÉTAT : L'INCROYABLE MANIPULATION DES COMPTES DE CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 2012

Dépenses de François Hollande : 21 769 895, 00 euros
Dépenses de Nicolas Sarkozy :     21 339 664, 00 euros
Soit plus de 430 000 € de plus pour Hollande Rigolant
4 juillet 2013 : rejet du compte de campagne de Nicolas Sarkozy par le Conseil Constitutionnel (Décision n° 2013-156)

 

Six mois après la publication des comptes, au mois de décembre 2012, la Commission des comptes de campagne (CNCCFP) sort de son chapeau d’autres résultats et le Conseil Constitutionnel invalide les comptes de Nicolas Sarkozy pour cause de "dépassement" du plafond des dépenses autorisées. 

Surprenant ! Les dépenses de l'ancien président se situant pourtant en dessous du seuil ... Comment donc cela est-il possible, vous demandez-vous, si vous avez bien tout suivi jusque-là ? Incertain

 

Eh bien c'est possible parce qu'en république socialiste, tout ce qui peut nuire à Nicolas Sarkozy est possible. Notez bien qu'il n'est pas nécessaire que cela soit juste ou véridique ou honnête. Non, possible signifie simplement nuisible à l'ancien président. Anti-sarkozyste si vous préférez. Donc, si ses dépenses respectent les plafonds autorisés, aucune importance, on va faire en sorte qu’elles les dépassent Surpris.

 

Démonstration 

La CNCCFP a décidé d'ajouter aux dépenses de campagne initialement déclarées, les frais engagés lors d'une réunion publique tenue à Toulon en décembre 2011, un déplacement effectué par le président Nicolas Sarkozy avant même qu'il eût déclaré sa candidature. Le Conseil constitutionnel a également estimé que 80% des frais du grand meeting de Villepinte le 11 mars 2012 auraient dû être portés au compte de campagne, et non 50%, alors que ce meeting avait pour moitié concerné le Conseil national extraordinaire de l'UMP se déroulant la première demi-journée. Mieux : huit réunions publiques tenues par ... Henri Guaino, ont également été réintégrées aux comptes au prétexte "que ces réunions ont eu pour objet principal de présenter des éléments de bilan du mandat de M. SARKOZY, d'appeler à la candidature de M. SARKOZY et de promouvoir celle-ci", peut-on lire dans la décision du Conseil constitutionnel. Surpris
Ces décisions reposent donc sur l'unique subjectivité et mauvaise foi des petits chefaillons exerçant leur petit diktat au sein de ces petits organes d'un pouvoir dévoyé. Le hic c'est qu'ils ont un grand pouvoir de nuisance.

Questions
Comment peut-on croire en la neutralité d'une commission qui introduit dans les comptes du président les frais induits par les déplacements d'un autre (Henri Guaino), fût-il son conseiller ?
Comment prendre au sérieux cette décision historique d'invalider les comptes de campagne d'un ancien président de la République, quand elle est prise par le haineux Jean-Louis Debré, ce chiraquien qui déteste notoirement Nicolas Sarkozy ?
 
Question subsidiaire
Elle est primordiale. Et elle fut posée quelques jours avant la décision du Conseil constitutionnel, par l'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Philippe Blachetier, qui constatant l'acharnement inédit et grotesque contre l'ancien président,  mettait en garde, incrédule : "Ce qui s'applique à Nicolas Sarkozy s'appliquera à François Hollande". 
Las ! Quel distrait ce maître Blachetier ! Il avait oublié un petit détail : TOUT (vrai ou FAUX, légal ou INIQUE) est possible en socialie pour garder le pouvoir et abattre Nicolas Sarkozy, et devient impossible dans le périmètre protégé de François Hollande.
 

CONSTAT ACCABLANT

C'est ainsi que l'on découvre avec stupeur et après une inertie de deux ans, en juillet 2015, que la CNCCFP a dû demander 450 contrats, devis et factures supplémentaires au trésorier de campagne de Hollande afin de faire la lumière sur un nombre considérable de frais injustifiés. Dans une lettre datée de septembre 2012, la commission a déploré «l'absence de communication de pièces justificatives indispensables, l'insuffisance des explications et précisions nécessaires à l'authentification des facturations, l'incertitude du caractère électoral de certaines d'entre elles, l'imputation de frais postérieurs au scrutin, outre d'apparentes incohérences d'écritures comptables […] Aucune dépense relative à l'inauguration du 59, avenue de Ségur [le QG de François Hollande], le 11 janvier 2012, ne semble avoir été imputée au compte de campagne» a ainsi noté la Commission !!!

Pire ! Alors que le règlement appliqué à Nicolas Sarkozy précisait que les meetings devaient être intégrés dans les calculs si l'événement avait eu lieu dans l'année précédant la présidentielle, s'il concernait le candidat finalement investi et s'il était destiné ou non à tous les électeurs, Hollande a escamoté les meetings de Clichy-la-Garenne et d'Annequin sans être nullement inquiété. Et là, accrochez-vous pour découvrir les excuses fournies par l'équipe de Hollande : 

Clichy ? « Il n'y a eu aucune retombée médiatique et l'auditoire n'a pas dépassé le cercle des militants du PS. »

Annequin ? « Les journalistes se sont perdus en route et le camion de France 3 a été victime d’une crevaison. » RigolantLangue tirée

On atteint des sommets d'escroquerie politique, ces explications ridicules ayant satisfait la CNCCFP pour entériner les comptes de Hollande, alors même qu'elle invoquait des explications alambiquées pour invalider ceux de Nicolas Sarkozy. La manipulation médiatique n'est pas en reste : les irrégularités des comptes de Hollande ont été occultées jusqu'en juillet 2015, alors qu'ils apparaissent in fine bien plus opaques et contestables que ceux de Nicolas Sarkozy. En outre, tout cela a été opportunément masqué par l’ «affaire Bygmalion» dont les derniers rebondissements révèleraient une escroquerie bénéficiant non pas à l’ancien président mais au couple Lavrilleux-Millot dont l'amitié semble dissimuler plus d’un secret ...

 

Ce scandale se contenterait d’être pathétique s'il n'avait basculé dans plus grave encore : une mise en examen de l'ancien président de la République, sur un dossier déjà refermé, ce qui est anti-démocratique et met en péril notre destin collectif.

François Hollande, un homme incompétent, opportuniste, malhonnête, sévit à la tête de l'État, est investi de la fonction suprême, ruine le pays, appauvrit les gens et musèle son principal opposant politique par des méthodes dictatoriales. Il le fait avec le soutien inconditionnel de la médiasphère, des magistrats gauchistes, des syndicats, associations et autres récipiendaires de ses largesses clientélistes. L'exercice éhonté des manigances présidentielles et de la flagornerie médiatique, l'acharnement sans limite contre Nicolas Sarkozy, mettent à mal bien plus que l'intégrité d'un seul homme : ils déstabilisent une nation entière au bord de l'implosion.

 

LMW

 

Article modifié le 20 octobre 2016



17/02/2016
66 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 655 autres membres